Category Archives: Read for Fun

Alain de Botton, A Week at the Airport

Standard

This is a nice little book, barely over 100 pages, in which the author reflects on the experience of spending a week at Heathrow Airport. The book is structured in four parts (approach, departures, airside, arrivals), which correspond to the broad line of a typical return-trip client experience, except that the author does not take a trip. The book is filled with colour pictures of various locations within the airport as well as of people, either travellers or workers that can be met in this setting. Some are of typical airport sights (an airplane at a gate) but others capture intimate moments or humorous reactions. One of my favorites is a picture of a taxi driver waiting for an arriving passenger who half hides his face behind his A4 sign when the photo is taken.

The author was invited to be writer in residence for a week at the airport. When he received the phone call, he thought:

It seemed astonishing and touching that in our distracted age. Literature could have retained sufficient prestige to inspire a multinational enterprise, otherwise focused on the management of landing fees and effluents, to underwrite a venture invested with such elevated artistic ambitions. Nevertheless, as the man from the airport company put it to me over the telephone, with a lyricism as vague as it was beguiling, there were still many aspects of the world that perhaps only writers could be counted on to find the right words to express.

Of course, writers can offer an interesting outlook on reality, but this book failed in two ways to provide that fully. First, it describes the setting and some of the people encountered in it and the author does provide us with some of the things he imagined while observing what was happening around him. However, this is told with an attitude that, to me, sounds detached rather than immersed in the moment. This little connection to the world of impressions that must have surrounded him: sounds, smells, textures, etc. He seems to have encountered a disembodied version of Heathrow and its cast of characters.

Second, if it is to present reality, it should present more of the data available. Maybe I am expecting too much… I would have been more satisfied with something resembling “thick description”, done with the rigour of the well-trained cultural anthropologist.

I guess that, in a nutshell, I found the book too superficial. That may be due to the fact that I am currently working at an airport… Fully immersed in that world five days a week.

I also have another book from this author, The Art of Travel. Maybe this one will give me a better idea of what he can do.

 

Reference:

De Botton, Alain. A Week at the Airport. Emblem/McClelland & Steward, Toronto, 2010.

Other things:

http://alaindebotton.com/full-cv/

http://www.nytimes.com/2010/10/27/books/27book.html

https://www.theguardian.com/books/2009/oct/04/heathrow-diary-alain-de-botton

https://www.kirkusreviews.com/book-reviews/alain-de-botton/a-week-at-the-airport/

https://nomadicspores.wordpress.com/2017/10/09/rambling-with-alain-de-bottons-a-week-at-the-airport/

Advertisements

Here’s to another year

Standard

This year has not been a great one for reading and even less foher blogging. My energy got channeled into a long job search and the first three months of a new job. That was all positive and I am happy with my professional accomplishments for the year but I have some regrets about not writing up my thoughts about the books I read at least a little bit more. The latest hurdle is tendinitis in my right wrist which means I should stay away from my keyboard and computer mouse as much as possible.

I did find some lovely books to read, a half-dozen Icelandic novels, the 2016 Giller Prize winner, the 2016 Pulitzer Prize for fiction, my first Murakami, the first installment of the Ferrante saga, the latest novel by M.G. Vassanji, quite a few Québec authors that have made quite a splash in our little pond.

I currently have three books in process, piles and piles of unread books that I might just get to if I stick to my resolutions of reading more and surfing the Internet less, and reading more on the bus on the way to work instead of sleeping through the trip!

Have a great year of fantastic reading and everything else you wish for!

 

Gabriel Campanario, The Urban Sketching Handbook: Architecture and Cityscapes: Tips and Techniques for Drawing on Location

Standard

I absolutely love this series of Urban Sketching Handbook by Quarry Books. They are just beautiful and are designed to look like sketchbooks including the elastic closure. They are straight to the point with many illustrations of the principles, tips and techniques discussed. This book focuses on composition, scale, depth, contrast, line and creativity in sketches of the built environment. The author emphasizes how delightful it is to take the time to stop and appreciate the diversity we can see in building in different places and how they reflect culture and how people use space. Building and cityscapes do not need to be spectacular to be a good subject for urban sketching, but our creativity in handling the subject can make every sketch a thing of beauty and wonder.

The last third of the book shows what effects can be achieved by using pencil, pen, watercolour or mixed media. In fact, many types of writing and drawing implements can be used for sketching! How much stuff you bring along on a sketching exhibition will be limited by the weight of your bag!

 

Reference:

Campanario, Gabriel. The Urban Sketching Handbook: Architecture and Cityscapes: Tips and Techniques for Drawing on Location. Quarry Books, Beverly, MA, 2014.

Jacques Boulerice, Dans ma voiturette d’enfant

Standard

Ce nouveau livre de Jacques Boulerice est composé de textes publiés dans le journal Le Canada français entre 2013 et 2016 ainsi que de quelques inédits. Un note nous informe qu'”En plus des inédits ajoutés, le lecteur trouvera ces textes enrichis et vitaminés. L’auteur souhaite que les mêmes particularités s’appliquent aux passagers qui font le voyage avec lui.”

Et l’auteur nous amène dans un voyage, dans son quartier, dans sa ville natale, dans ses souvenirs. Il en excave des moments de bonheur et de plaisir. Mais on sent aussi poindre, à travers la plume du conteur, une certaine nostalgie, une certaine fragilité, un certain regret que les petits-enfants grandissent si vite. Même s’il trouve toujours le merveilleux dans la vie de tous les jours, peut-être commence-t-il à penser que les jours sont comptés…

Si vous voulez faire la connaissance du bouffon Pourry Golé et rencontrer Jacques, il sera au Salon du livre de Montréal dimanche après-midi. Allez lui serrer la pince, il répand tellement de bienveillance autour de lui, vous vous sentirez bien et repartirez avec le sourire.

Je suis allée au lancement du livre dans une petite libraire de quartier, la Librairie Fleury, en septembre dernier. Jacques trônait à une petite table ronde et sa voiturette d’enfant faisait partie du voyage, transportant des livres, le nouveau et quelques plus anciennes publications. J’en ai profité pour me procurer Reliquaire (1992) et Le vêtement de jade (2002), dont je vous parlerai un jour.

 

Références:

Boulerice, Jacques. Dans ma voiturette d’enfant. “Carnets”. Fides, Montréal, 2017.

Boulerice, Jacques. Le vêtement de jade. L’Hexagone, Montréal, 2002.

Boulerice, Jacques. Reliquaire: Fragments d’une histoire d’amour. L’Hexagone, Montréal, 1992.

Autre chose:

Juan Gabriel Vásquez, El ruido de las cosas al caer

Standard

Le bruit des choses lorsqu’elles tombent. Évidemment, ça dépend quoi et ça dépend où… Une boule de billard sur un plancher en tuile? Une plume sur la pelouse? Vásquez nous raconte une histoire où les avions qui tombent jouent un grand rôle et sont liés à plusieurs mystères. Connaissons-nous vraiment nos amis, nos conjoints, nos enfants, les autres membres de notre famille? Quel bruit faisons-nous en tombant des nues? Un court soupir étranglé? Le bruit des larmes qui coulent lentement sur le visage et tombent ensuite sur la chemise? Et la perte de l’innocence est souvent décrite comme une chute…

On pourrait aussi parler de la chute du pays (ou de sa descente) dans le crime et la violence. On parle ici de la Colombie.

Au-delà de l’histoire que nous raconte le narrateur, du mystère qui entoure un des personnages, ce livre décrit l’évolution du climat social de la Colombie des années 60 aux années 90. C’est un livre qui peut se lire rapidement mais dont les images sont restées longtemps avec moi. Je pense bien que je le relirai. Je ne dis pas ça souvent. Mais la trame en était complexe, directe mais mélancolique, et je saisirais mieux les motivations du personnage principal en relecture.

Référence:

Vásquez, Juan Gabriel. El ruido de las cosas al caer. Santillana Ediciones Generales, México, 2011.

Other things:

The Sound of Things Falling, by Juan Gabriel Vasquez

https://thebookstop.wordpress.com/2017/06/05/the-sound-of-things-falling-by-juan-gabriel-vasquez/

Lisa Scottoline, One Perfect Lie

Standard

I have not been reading tons of bestsellers in the past few years… and lately I was looking for some easy-going reading, suspenseful, if not totally realistic. This book delivered on that count, grabbing my attention from the get go and the ending did keep something of a surprise until at least the last 20 pages.

When we first meet Chris Brennan, he is looking for a teaching job in a small Pennsylvania town. We know right from the start that he is hiding something and I presumed from the hints that the author dropped that he was a Bad Guy. No, wait… a REALLY BAD GUY. I expected him to be a sociopath, using vulnerable teenagers to meet some unspeakable needs and that he intended to gain the confidence of some of the boys he was coaching on the basketball team to execute some very evil, very gory plot. However, what I did not get was why there was a great sense of hurry, why he had to get done quickly, why there was some kind of deadline to be met.

When I realized who he really was and what he was really up to, I realized how misled I had been right from the beginning and could start of concentrate on the real mystery, which Chris was also trying to resolve.

Things do wrap up quite neatly at the end, maybe a little too neatly, like a nice, positive fairy tale, but it was a good read for a nice, quiet long weekend at home.

Beyond the entertaining story that this book tells, it raises questions about the importance of trust, honesty and authenticity in creating viable relationships. Can relationships work where there is a lack of trust? Is there such a thing as lying (or omitting to tell the truth) in order to protect someone? Is it justifiable to lie or to use people unwittingly in order to gain information or further one’s goals for the greater good? What can lack of authenticity lead to in relationships? Or psychologically for the person whose occupation constantly requires them to pretend to be someone or something they are not? These are not questions that have an easy answer. The book raises them but does not necessarily provide answers as they are attached to the specific situations that the characters find themselves in. However, they may occur in our lives as well and we may be able to find parallels. These might be interesting questions to debate in a book club.

Thanks to the publisher for making this book available for review through NetGalley. The book was published on April 11, 2017.

Reference:

Scottoline, Lisa. One Perfect Lie. St. Martin’s Press, 2017.

Book club discussion questions provided by the author:

https://scottoline.com/book-clubs/book-club-one-perfect-lie/

Simon Roy, Ma vie rouge Kubrick

Standard

Mais quel étrange petit livre, gagnant du Pris des libraires du Québec de 2015. Il témoigne de la fascination de l’auteur pour le film The Shining de Stanley Kubrick (avec Jack Nicholson) qu’il dit avoir vu au moins quarante-deux fois (Pourquoi 42? La référence à Douglas Adams frappe de nouveau). Il fait le lien entre des tragédies qui ont frappées sa famille et ce film.

Ce récit, dans lequel le narrateur, Simon Roy, nous parle au “je”, se veut autobiographique. On y passe du film à la chronologie familiale, de l’analyse à la divagation. On y trouve un chapitre consistant en un répétition du même paragraphe.

Finalement, ce qu’on y voit, c’est qu’un film d’horreur soigneusement tourné peut receler de pistes de réflexion sur la famille, l’amour, les relations humaines, les effets de la solitude, les impacts familiaux de la maladie mentale, l’étude de la littérature, des symboles, de l’histoire et de la philosophie.

On peut prendre plaisir à se laisser porter par la narration, les liens que nous propose l’auteur, les coq-à-l’âne saugrenus, etc. On peut aussi se demander si Simon Roy Auteur = Simon Roy Narrateur, et quelle est la part de vérité dans ce récit. Ou peut-être qu’on s’en fout et que c’est un pur plaisir.

Référence:

Roy, Simon. Ma vie rouge Kubrick. Éditions du Boréal, Montréal, 2014.

Autres choses:

http://www.atlantico.fr/decryptage/mais-pourquoi-univers-tech-et-geek-est-obsede-chiffre-42-xavier-niel-ecole-douglas-adams-h2g2-david-peyron-benjamin-bayart-1810293.html

http://plus.lapresse.ca/screens/63f2d26d-9a3b-4438-8fb9-678632bb5657%7C_0.html

http://www.ledevoir.com/culture/cinema/419505/le-labyrinthe-de-simon-roy

For the English translation:

Review: Kubrick Red a memoir with parallels to The Shining

Geneviève Pettersen, La déesse des mouches à feu

Standard

Ce livre raconte environ un an de la vie d’une adolescente du Saguenay au milieu des années 90. Sa mère lui donne une copie du livre Moi, Christiane F, droguée, prostituée. On pourrait s’imaginer que lire sur les mauvaises expériences d’une jeune fille qui se drogue devrait en décourager une autre de le faire, mais non, Catherine la jeune saguenéenne, trouve que ça fait cool. Elle commence à prendre de la drogue et à faire toute sorte d’expériences, en rébellion avec ces parents.

Dans ce livre de Geneviève Pettersen, le personnage lit le livre sur Christiane F. Je ne l’ai pas lu au même âge, mais j’ai vu le film à sa sortie en 1981. Ho la la, quelle expérience! Très sombre, très crû, ce film m’a vraiment découragé de m’approcher de la drogue… en plus de la lecture de L’herbe bleue, qu’on s’arrachait à la bibliothèque municipale quand j’étais un peu plus jeune que lors de la sortie du film sur Christiane F.

Le livre se conclut sur des images du déluge du Saguenay. Catherine était allée à la pêche avec son père pour sa fête. Il pleuvait sans arrêt et ils décident de revenir à Chicoutimi. Ils y rencontrent la dévastation, la maison où Catherine a passé son enfance s’enfonce dans les flots.

Est-ce qu’on en déduit que la jeune Catherine est à la croisée des chemins, s’en va vers un recommencement, une occasion de repenser ses choix? Qu’est-ce qu’elle fera à partir de ce moment? Étudier, développer un engagement envers sa communauté et participer à la reconstruction, ressentir une énergie nouvelle pour faire quelque chose de ses capacités créatrices? Ou retournera-t-elle tout simplement à ses habitudes?

J’ai trouvé que le livre avait des longueurs, j’ai même failli le laisser de côté. Mais la fraîcheur de la langue et les détails du quotidien qui sont si bien campés ont eu raison de ma réticence face au thème de la drogue, qui n’est franchement pas dans mes centres d’intérêt. Au-delà de ce thème, le livre donne un aperçu d’un moment dans une vie qui se passe dans une région qui a des particularités culturelles que l’auteure rend très bien.

Référence:

Pettersen, Geneviève. La déesse des mouches à feu. Le Quartanier Éditeur, Montréal, 2014.

Autres choses:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Moi,_Christiane_F.,_13_ans,_drogu%C3%A9e,_prostitu%C3%A9e%E2%80%A6_(livre)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Moi,_Christiane_F.,_13_ans,_drogu%C3%A9e,_prostitu%C3%A9e%E2%80%A6_(film)

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Herbe_bleue_(roman)

https://www.vice.com/en_ca/article/7b7ved/christiane-felscherinow-interview

http://www.spiegel.de/international/germany/christiane-f-publishes-new-book-about-her-life-on-drugs-a-926540.html

http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201403/07/01-4745599-genevieve-pettersen-jouer-avec-le-feu.php

Au théâtre en 2018: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1034066/livre-roman-deesse-mouches-a-feu-theatre-genevieve-pettersen

Carlos Ruiz Zafón, El juego del ángel

Standard

This is the third book of the cycle called The Cemetery of Forgotten Books that I have read, although it was the second one published. So I have not quite read them in the order published but as they are not sequential, it matters very little. I do have the fourth one awaiting my attention on my Kobo; it was published just last year in Spain, but will only come out in English in 2018.

I did not like this third book as much as the other two, or is it that I felt pressed for time reading it? The plot was (as for the others) very, very complex, with a multitude of subplots. If I was to summarize in one sentence, I would say that a very cruel, mysterious man plays with the life of a poor writer, like a cat with a mouse, with negative consequences for many people who cross paths with the writer and for the writer himself who loses everything that a man can lose save his life. It does not end well; there is no redemption for the poor writer and he ends up wandering the earth for 15 years. The final events in the epilogue do not give us any certainly that the future hold peace or happiness for him, only a hint that his torments may never be over.

If you want to get into a book where you essentially watch a character that you get to like from the beginning get flogged daily, then read The Angel’s Game. It is a nasty game.

Reference:

Ruiz Zafón, Carlos. El juego del ángel. Planeta, 2009.

Other things:

https://elpais.com/cultura/2008/04/16/actualidad/1208296805_850215.html

SPAIN BOOK REVIEW: ‘The Angel’s Game’ (El juego del ángel) by Carlos Ruiz Zafón

Camilla Läckberg, Le gardien de phare

Standard

Ça faisait un bon bout de temps que je n’avais pas lu un bon polar suédois et je me suis fait plaisir avec ce livre. Ça s’est terminé sur une vraie surprise pour moi, la trame se révèle lentement. L’auteur raconte en parallèle ce qui semble être des récits complètement déconnectés, avec des personnages qui ne semblent jamais s’être rencontrés les uns les autres. J’aurais peut-être pu me poser plus de questions en chemin et j’aurais peut-être fait des liens plus vite… mais j’ai aimé me laissé porter au fil des évènements, saisir l’atmosphère des différents lieux, me laisser remplir des émotions des différents personnages.

Ce qui sème le plus de confusion, et rend le plus difficile le démêlage de l’écheveau est, comme dans bien de bons romans du même type, qu’on ne peut toujours se fier au narrateur… ce narrateur qui nous raconte comme des faits véridiques des perceptions d’esprits qui ont perdu le contact avec la réalité, même si certaines actions externes du personnage ont l’air tout à fait rationnelles. Mais lorsqu’on nous parle d’êtres qui ont vécu des situations atroces et qui ont souffert au point que leur raison vacille, à quoi peut-on se fier?

La quatrième de couverture nous présente la situation comme suit:

Annie, terrorisée et les mains en sang, s’enfuit vers le seul endroit où elle se sente en sécurité: la maison de vacances familiale, l’ancienne résidence du gardien de phare, sur l’île de Gråskär.

Quelques jours plus tard, Mats Sverin, qui venait de regagner sa ville natale après des années d’absence, est assassiné dans son appartement à Fjällbacka. Quand la police commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Avant de mourir, Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l’île de Gråskär – appelée par les gens du cru “l’île aux Esprits” car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants…

Erica, quand à elle, est sur tous les fronts. Tout en s’occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu’elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s’efforce aussi de soutenir sa soeur victime d’un accident de voiture aux conséquences dramatiques.

Comme bien des quatrièmes de couverture, c’est écrit pour accrocher l’acheteur éventuel et l’exactitude par apport au livre peut en prendre pour son rhume. Erica n’est pas vraiment sur tous les fronts. Elle est en fait étrangement absente, à part pour se promener partout en soufflant derrière sa poussette double. L’enquête est vraiment menée par son policier de mari Patrik et les autres membres de la police locale, et Patrik se démène vraiment beaucoup en dépit d’être à peine remis d’une crise cardiaque.

Évidemment, les questions-clés sont “Qui a tué Mats?” et “Pourquoi?”. Et l’écheveau est bien emmêlé. Et on a au moins deux grosses fausses pistes bien juteuses…

Et plusieurs thèmes intéressants se pointent en cours de route:

  • Le rôle et le fonctionnement des phares
  • La vie sur une île isolée au 19e siècle
  • La présence de l’esprit des morts et leur relation avec les vivants
  • Les finances municipales et les risques des projets de redéveloppement coûteux
  • La difficulté de travailler avec un patron incompétent
  • La violence conjugale
  • La manipulation par des psychopathes et autres déviants
  • Les activités d’affaire qui cache des trafics illicites
  • Le fonctionnement des refuges pour femmes battues
  • Faire le deuil d’un enfant
  • Faire le deuil d’un bébé mort né

En fait, ce livre est tout sauf ennuyant… Il y a une chose qui est traitée de façon très humoristique et c’est la question du patron incompétent. Le pauvre gars qui n’est pas à sa place n’est pas une mauvaise personne. En fait, on nous montre pourquoi et comment il est apprécié par sa famille. Mais au travail, il fait gaffe par dessus gaffe, une erreur n’attend par l’autre. Les autres thèmes sont traités de façon plus nuancée.

Référence:

Läckberg, Camilla. Le gardien de phare. Collection Babel Noir, Éditions Actes Sud, 2013.

Autre chose:

http://www.gala.fr/l_actu/culture/le_gardien_de_phare_de_camilla_laeckberg_un_polar_terrifiant_293644

http://www.gala.fr/l_actu/culture/le_gardien_de_phare_de_camilla_laeckberg_un_polar_terrifiant_293644

http://www.esperluette-blog.fr/le-gardien-de-phare-camilla-lackberg/