Agnès Desarthe, La chance de leur vie

Standard
Agnès Desarthe, La chance de leur vie

Un couple français s’installe aux États-Unis avec leur fils adolescent suite à une offre d’emploi d’Earl University en Caroline du Nord (université fictive) au mari professeur de philosophie. Celui-ci profile à plein de cette expérience, incluant de contact avec de brillantes universitaires qui apprécient vraiment passer du temps en sa compagnie.

Sa femme, maîtresse de maison à la santé mentale fragile depuis le décès de son premier-né, tente tant bien que mal de trouver quelque chose à faire pour passer le temps. Elle trouve enfin un cours de céramique qui l’intéresse et après avoir longtemps contemplé immobile un amas de terre glaise, trouve un projet qui l’absorbe. Son professeur lui offre de monter une exposition commune.

Le fils adolescent quant à lui se d’amitié à un groupe de laissés pour compte qui finissent pratiquement par lui vouer un culte. Leurs rencontres, soit en forêt, soit dans le sous-sol d’une maison dont les parents se sont absentés, ressemblent à d’étranges messes où ils chantent et dansent, et ils en sortent comme allégés, libérés du fardeau des tares qu’on leur reproche.

Mais voilà que les parents s’inquiètent de l’étrange influence que le fils a sur leurs propres enfants (les Français ont des moeurs différentes…) et particulièrement de la disparition de leurs téléphones cellulaires. Ceci finit en scandale, le père offre de rembourser la perte des téléphones, et le trio s’en retourne rapidement en France, la mère manquant l’occasion d’exposer son travail.

Alors de cette extraordinaire chance de changer leur vie et de découvrir un nouveau monde, il ne reste qu’un ruban de fumée qui se déroule dans l’air…

L’histoire est surtout narrée du point de vue de la mère et aussi du point de vue du fils. La mère se sent souvent détachée de la réalité, peu énergique, contente de faire ce qu’on lui demande et d’être présente sans s’engager, comme si elle vivait isolée dans une bulle de savon très résistante. Rien n’a de prise sur elle. Le fils, par contre, a une étrange capacité de voir au-delà des apparences…

Ce livre se lit pour la succession de moments inattendus dans la vie de cet étrange trio d’expat.

Référence:

Desarthe, Agnès. La chance de leur vie. Éditions de l’Olivier, 2018.

Autres choses:

http://www.motspourmots.fr/2018/09/la-chance-de-leur-vie-agnes-desarthe.html

https://bibliobs.nouvelobs.com/critique/20181102.OBS4815/en-amerique-la-famille-naufragee-d-agnes-desarthe.html

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s