Umberto Eco, Numéro zéro

Standard

Ce court roman est le plus facilement abordable que j’aie lu d’Umberto Eco, mais n’est pas très intéressant… Un journaliste sans emploi est engagé pour travailler dans une publication en démarrage. Un de ses rôles, qu’il ne doit pas révélé au reste de l’équipe, est d’écrire une description du travail de la rédaction. Le rédacteur en chef a une approche particulière pour attirer son public cible. Alors que l’équipe concocte un numéro pilote, un des journalistes est assassiné et cela met fin à l’entreprise, car le sponsor ne veut plus y être associé. Tous les employés reçoivent une prime de deux mois de salaire.

Le journaliste qui a été assassiné enquêtait sur la possible survie de Mussolini à la fin de la deuxième guerre mondiale. Son hypothèse est qu’il se soit réfugié soit au Vatican, soit en Argentine et que l’homme qui a été fusillé en compagnie de sa maîtresse était un sosie régulièrement employé pour figurer lors d’apparitions publique de Mussolini. Cette enquête donne une excuse pour revoir ce qui est connu de certains événements de cette guerre et du règne de Mussolini.

Pour en revenir à l’approche du journal “Domani”, le rédacteur explique de cette façon l’approche qu’il préconise:

Donc, nous ferons un quotidien. Pourquoi Domani? Parce que les journaux traditionnels racontaient, et malheureusement racontent encore, les nouvelles de la veille au soir, et voilà pourquoi ils s’appelent Corriere della Sera, Evening Standard  ou Le Soir. Or, les nouvelles de la veille, nous les avons déjà apprises par la télévision au journal de vingt heures, par conséquent les journaux racontent toujours ce que l’on sait déjà, et voilà pourquoi ils vendent de moins en moins. Dans Domani, ces nouvelles qui puent désormais comme le poisson pourri, seront résumées de façon brève: une petite colonne, qu’on lit en deux minutes, suffira.

Le destin d’un quotidien est désormais de ressembler à un hebdomadaire. Nous parlerons de ce qui peut advenir demain, avec des articles de fond, des suppléments d’enquête, des anticipations inattendues… Je donne un exemple. À quatre heures, une bombe explose, et le lendemain tout le monde est déjà au courant. Eh bien, nous, de quatre heures à minuit, avant de faire tourner les rotas, nous devrons avoir trouvé quelqu’un qui sait quelque chose d’inédit sur les probables responsables, une chose que la police ignore, et échafauder un scénario de ce qui arrivera dans les semaines à venir à cause de cet attentat…

Comme l’histoire se passe en 1992, on discute de comment l’information est obtenue et traitée mais on y voit quand même une approche journalistique traditionnelle. Ce qui aurait été plus intéressant, je crois, pour un roman publié en 2015 est de spéculer sur la possibilité d’atteindre cet objectif dans un contexte où on a accès à l’Internet et aux réseaux sociaux. Donc, ce livre n’est pas vraiment d’actualité, pour moi.

J’en attendais peut-être un peu plus étant donné le thème, qui éclaire le débat sur comment on crée la nouvelle, dans le contexte où on se fait bombarder d’analyse sur les “fake news” et les “faits alternatifs”, et autres phénomènes en marge de la politique américaine. Ça aurait pu être intéressant d’avoir une opinion posthume d’Umberto Eco.

Référence:

Eco, Umberto. Numéro zéro. Éditions Grasset & Fasquelle, 2015.

Autres choses:

https://www.nytimes.com/2015/11/22/books/review/umberto-ecos-numero-zero.html?_r=0

 

https://www.ft.com/content/a9cf747e-9cce-11e5-8ce1-f6219b685d74

http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/books/reviews/numero-zero-by-umberto-eco-trans-richard-dixon-book-review-a6759031.html

 

 

 

 

Advertisements

One response »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s