Jean-Christophe Rufin, Check-Point

Standard

L’épopée mouvementée d’une équipe de travailleurs humanitaires chargées de conduire des vêtements, des vivres et des médicaments à un village isolée durant la guerre de Bosnie forme la trame de base de ce court roman. L’équipe est composée de cinq personnes dont les motifs de participation à la mission n’apparaîtront que graduellement. Les perceptions des uns nous induisent quelques fois en erreur… Les routes de l’ex-Yougoslavie ne sont pas de tout repos, et les inquiétudes se suivent en détour des routes, et les postes de contrôles, les fameux “check-points”, ne sont pas tous les mêmes.

Maud, la jeune idéaliste qui n’a jamais connu l’amour, cherche à donner un sens à sa vie en s’engageant dans des activités risquées. Lionel, le chef de mission, tente constamment de se donner de l’importance en agissant comme un chef. Alex tente d’aller retrouver son amoureuse rencontrée lors d’une mission militaire. Marc, le tendre à la dure carapace, détourne la mission de l’équipe et s’empare du coeur de Maud. Et Vauthier, que dire de Vauthier…

Jean-Christophe Rufin explore dans ce roman les motivations des humanitaires, du pacifisme à l’engagement militaire. L’auteur explique dans une postface:

Ce roman met ne scène ces contradictions, ces questionnements, ces déchirements. Il est composé comme une sorte de huis clos roulant. Les cinq personnages qui sont enfermés dans les cabines des deux camions vivent en direct, et sous la forme d’un drame personnel, l’ébranlement de leur univers. Engagés dans une action humanitaire “classique” (apporter des vivres et des médicaments à des populations victimes de la guerre), ils vont passer de vrais check-points mais aussi se confronter à une frontière mentale plus essentielle. De quoi les “victimes” ont-elles besoin? De survivre ou de vaincre? Que faut-il secourir en elles: la part animale qui demande la nourriture et le gîte, ou la part proprement humaine qui réclame les moyens de se battre, fût-ce au risque du sacrifice?

La montée et l’éclatement des tensions entre les membres de l’équipe amènent des comportements imprévus et une évolution constante des relations entre eux. Ces tensions sont exacerbées par le danger qui les entoure. Les émotions atteignent aussi des sommets, qu’on parle d’antipathie qui s’aggrave jusqu’à la haine, ou de la curiosité de l’autre qui se mue en désir passionné et charnel.

On peut donc dire que le livre fascine, que la tension que maintient l’auteur suscite l’intérêt du lecteur, sauf sur un point en ce qui me concerne: l’utilisation trop fréquente des mots mauvais et méchant. En voici des exemples:

  • Mais Lionel, dès qu’il prenait la parole, le regardait par en dessous avec un air mauvais.
  • Vauthier jetait de temps en temps des coups d’oeil mauvais de côté de Marc.
  • Quelque kilomètres plus loin, il gara son camion dans une allée forestière et descendit, l’air mauvais.
  • Vauthier s’activait autour du réchaud avec l’air mauvais.
  • Lionel lui jeta un coup d’oeil mauvais.
  • Il jetait des coups d’oeil vers Maud et Alex avec une expression mauvaise.
  • L’énergie mauvaise qu’il avait emmagasinée risquait de donner à cette explosion une ampleur terrible.
  • Seul Vauthier, avec sa veste chaude et son crâne luisant sur lequel la pluie semblait rebondir, montrait avec un mauvais sourire qu’il était à l’aise.
  • Il souriait avec une expression mauvaise, cruelle.
  • Vauthier s’était levé à son tour et il entrait dans la conversation, en regardant Alex d’un air mauvais.
  • Ils sont cuits, fit Vauthier, avec un mauvais sourire.
  • Une joie mauvaise illumina son large visage.
  • Il sentait le regard mauvais de Vauthier braqué sur lui.

De plus, la route est mauvaise, la température est mauvaise, on est de mauvaise humeur, on fait bien des choses de mauvaise grâce et de surcroît on fait des mauvais choix. Finalement, pour moi, ça manque de nuance. Et qu’en est-il de la méchanceté? Il y en a moins, mais en ajout au “mauvais”, c’est de trop.

  • Elle se contentait d’afficher une mauvaise humeur muette et conduisait en regardant la route d’un air méchant.
  • C’est tout juste si elle remarquait que Marc restait silencieux, les mâchoires serrées, et regardait la route avec un air méchant.
  • Maud vit tout en un éclair: l’énorme capot qui fonçait vers elle et, derrière le pare-brise troublé par l’eau mêlée de poussière, le visage de Marc fermé, presque méchant, déterminé à franchir l’obstacle, fût-ce en roulant sur elle.

J’ai peut-être l’air un peu méchante ici, mais ça m’agace de voir ce que je considère être un manque de recherche de la part de l’auteur et une certaine paresse dans le travail éditorial. Est-ce qu’un auteur à succès, de surcroît membre de l’Académie française et récipiendaire d’un Goncourt, peut se passer du travail rigoureux d’un éditeur qui le soutient dans l’amélioration du produit fini? Une bonne histoire, bien structurée et bien écrite? Un texte où on ne retrouve pas à outrance des tics de langage de l’auteur (c’est ce que ça me paraît être)? À moins que l’utilisation appuyée de mots et d’expressions spécifiques, pour décrire certains personnages et certaines actions, soit intentionnelle pour contribuer à l’ambiance très glauque, très lourde des journées passées dans les camions? J’ai peine à y croire. Et je m’attends à mieux.

J’ai un autre livre de Jean-Christophe Rufin, son Immortelle randonnée sur la route de Compostelle, pas encore lu…

Référence:

Rufin, Jean-Christophe. Check-point. Gallimard, 2015.

Autres choses:

http://www.lefigaro.fr/livres/2015/04/09/03005-20150409ARTFIG00031–check-point-les-enfants-perdus-de-l-humanitaire.php

http://cannibaleslecteurs.com/2015/05/02/check-point-de-jean-christophe-rufin/

http://www.francisrichard.net/2015/05/check-point-de-jean-christophe-rufin.html

Advertisements

One response »

  1. Pingback: Jean-Christophe Rufin, Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi | Sylvie's World is a Library

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s