Éric Reinhardt, L’amour et les forêts

Standard

Je n’arrive pas à décider si j’ai aimé ce livre ou non. Ça fait deux semaines que j’ai fini ce livre et je n’arrivais pas à écrire un commentaire…

Alors voyons ce que je peux faire aujourd’hui…

Le narrateur, un écrivain homonyme de l’auteur, raconte l’histoire d’une femme, Bénédicte, une de ses lectrices qu’il a rencontrée deux fois, dont la vie a pris un tournant soit pathétique, soit tragique, selon le point de vue. Suite au décès de cette femme, il tente d’élucider les aspects de sa vie qui restent pour lui un mystère. De cette femme qui, lorsqu’elle était jeune paraissait enjouée et aventureuse, on ne retrouve à l’âge adulte qu’une terne copie sans énergie et sans confiance en elle. On peut blâmer à prime abord le mari dominateur, presque violent, qui lui impose sa façon de vivre et de voir les choses, et sa vie casanière et morne de professeur de lycée en province.

Mais la dégringolade a commencé bien avant, avec l’échec d’un premier mariage avec un mari profiteur qu’il l’a laissé lorsqu’il devint une certitude qu’il ne pourrait hériter de la ferme de ses parents. En dépit de signes avant-coureur (d’après la soeur de Bénédicte), elle n’avait rien vu venir et a été anéantie par cet abandon.

Par contre le livre commence par un autre aspect du récit, qui m’a un peu rebuté un peu, au cours duquel Bénédicte, lasse de sa vie conjugale insatisfaisante, se cherche un amant sur Internet. Après des conversations en ligne u peu moche, elle tombe sur un homme qui semble plus lui convenir. Elle décide au bout d’un moment d’aller lui rendre visite et va passer un après-midi avec lui, et à l’issue d’une marche en forêt, ils passent quelques heures torrides de retour dans sa maison. Cet épisode signale une détérioration des relations de Bénédicte avec son mari ainsi que ses enfants. Même si elle ne révèle rien de cette aventure à son mari, il se doute bien qu’il y a anguille sous roche; il est de toute façon de nature méfiante.

Je me suis demandé si Bénédicte n’avait pas inventé de toute pièce cette histoire d’amant d’un jour qui change tout… De la façon dont c’est présenté, l’événement prend beaucoup de place au début de l’histoire, mais lorsque plus d’éléments de contexte sont révélés, cela m’a paru une invention. Mais dans ce cas, pourquoi Bénédicte aurait-elle raconté cet incident à l’auteur Éric Reinhardt? Et est-ce que ce narrateur est digne de confiance? Nous dit-il la vérité ou bien invente-t-il de toute pièce cette histoire?

En dépit de l’aspect tragique du destin de Bénédicte, le ton est souvent léger, voire frivole. Je continue à me demander qu’elle était l’intention de l’auteur.

Référence

Reinhardt, Éric. L’amour et les forêts. Gallimard, 2014.

http://www.lefigaro.fr/livres/2015/03/17/03005-20150317ARTFIG00240-eric-reinhardt-couronne-par-les-etudiants.php

http://www.senscritique.com/livre/L_Amour_et_les_Forets/11502404

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s