Brigitte Pilote, Motel Lorraine

Standard

Le chapitre qui ouvre ce roman à multiples points de vue nous présente Martin Luther King sortant sur le balcon du Motel Lorraine à Memphis, où il reçoit une balle en plein visage. On pense dès lors que le roman portera sur la vie de Martin Luther King, mais pas vraiment… C’en est bien sûr un point de référence et cet assassinat donne le ton à un questionnement sur le sens de la vie, de l’impact qu’on aura sur le monde.

On rencontre ensuite la jeune Louisiane qui s’est réfugiée chez le photographe Lonzie pour échapper à la vie de misère dans laquelle sa mère a entrainée elle et sa soeur Georgia, en quittant Montréal pour vagabonder aux États-Unis, sans travail à part dire la bonne aventure, les gavant de fast food et négligeant leur éducation.

En arrivant au Motel Lorraine, on leur donne la chambre 306, la chambre maudite où était resté Martin Luther King lors de son dernier séjour, mais cela importe peu à Sonia, la mère. Le roman raconte donc le séjour de la petite famille à Memphis en 1977-78, certaines rencontres fortuites, des revirements de situation, des influences inattendues.

Quelques questions clés:

  • Pourquoi Sonia a-t-elle fui Montréal avec ses filles?
  • Qui est vraiment Georgia?
  • Qu’arrive-t-il entre Louisiane et Lonzie?
  • Qu’adviendra-t-il de la photo que Lonzie a prise de Louisiane?
  • Que deviennent Louisiane et Georgia en dépit de la négligence dont fait preuve leur mère?

Certaines de ces questions trouvent réponses et d’autres, non…

J’ai pensé en lisant ce livre qu’il aurait pu ressembler un peu plus à The Accursed de Joyce Carol Oates… Brigitte Pilote nous dit dans les notes de la fin que “Nous avons créé dans ce roman une Memphis imaginaire, à partir d’éléments topographiques et toponymiques réels et fictifs. On cherchera en vain une représentation fidèle de la ville américain.” Donc, on imagine… C’est bien, on est dans un oeuvre de fiction. Mais je me suis prise à penser que cette imagination est tout de même assez sage, comparée aux envolées fantastiques de Mme Oates. Dans The Accursed, la famille de Woodrow Wilson, dans l’enclave académique privilégiée de Princeton, New Jersey, est victime d’esprits maléfiques, incluant l’enlèvement d’une jeune femme par un démon en plein mariage. Dans le chapitre intitulé “Nuit blanche”, Martin Luther King répond à un coup de fil haineux autour de minuit et peine ensuite à retrouver le sommeil. Il se remémore des évènements qui nourrissent son esprit combatif, mais “L’aboiement d’un chien au loin le fit sursauter. Il lui sembla que sa main gauche s’engourdissait petit à petit, des ongles au poignet.” On pourrait s’imaginer que c’est le signe d’une possession et s’envoler dans le fantastique…

Brigitte n’avait dit que ce roman était bien différent de son premier. Il l’est par le thème et la forme, mais il y a un point commun important. Dans le deux cas, les personnages principaux sont des jeunes filles qui ont un certain sens de qui elles sont et qui ont des aspirations assez claires qui guident leurs gestes. Par contre, dans les Mémoires d’une enfant manquée, la jeune fille évolue dans une communauté qui l’entoure même si elle tente de s’en distinguer. Dans Motel Lorraine, les deux protagonistes souffrent d’un isolement imposé et cherchent à échapper à ce sentiment d’aliénation.

Références

Pilote, Brigitte. Motel Lorraine. Stanké, Montréal, 2013.

Pilote, Brigitte. Mémoires d’une enfant manquée. Stanké, Montréal, 2012

Oates, Joyce Carol. The Accursed. Harper Collins, 2013.

Advertisements

One response »

  1. Pingback: Brigitte Pilote, Monique Jérôme-Forget | Sylvie's World is a Library

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s