Biz, Mort-Terrain

Standard

Si on vous donnait la table des matières suivante que diriez-vous du sujet du livre?

  1. Le contexte local et régional
  2. Les risques d’effondrement
  3. La méthode des résidus épaissis
  4. Les projections de fragment de roches
  5. Le potentiel de génération d’effluents acides
  6. Un projet à fort tonnage et faible teneur
  7. La consultation publique
  8. Les études d’impact
  9. Le devenir de la fosse

Réfléchissez-y quelques secondes… On a affaire à un mémoire? Une étude de faisabilité? Non, c’est la table des matières d’un roman de Biz, le chanteur de Loco Locass.

Julien, un jeune médecin montréalais arrive à Mort-Terrain, un village fictif situé en Abitibi, pour faire un stage au centre de santé local. La mine d’or local est fermé depuis quelques années, la scierie ne va pas très bien, il y a peu d’autres employeurs en ville. Une réserve algonquine jouxte le village et le centre de santé s’y trouve. Julien découvre un environnement social en apparence paisible mais rempli de conflits sous-jacents.

Lorsqu’une compagnie minière propose de ré-ouvrir la mine d’or locale, la tension augmente: Il faut nécessairement être pour ou contre… Julien essaie pourtant de rester neutre; il prétend être du côté “de la santé”…

Se mêlent à ce scénario toute sorte de problèmes personnels et sociaux: violence conjugale, santé mentale, maltraitance, meurtres, alcool, drogues, disparitions étranges, accidents non expliqués, incendies… Même la police semble mêlée à des activités illicites.

Et le représentant de la compagnie minière est d’une apparence singulière, à peine humaine, un être démoniaque qu’on compare à un reptile, un iguane, mais carnivore… Un élément plus cocasse, dans un roman pourtant plutôt glauque, mais fascinant.

Il y a aussi des descriptions de villes minières typiques de régions éloignées, les maisons pas toujours coquettes, les pick-ups stationnés en rang (le clan des Ford F-350 et celui des RAM 1500), les tas de résidus, et les épinettes noires. Je ne suis jamais allée en Abitibi mais ça m’a vraiment fait penser à Labrador City.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s