Martine Audet, Tête première, dos, contre dos

Standard

Ce court recueil de poésie contient trois sections: Tête première, Dos, et Contre dos, tel que le dit le titre. Nous allons à la rencontre d’impressions fugaces.

Le premier ver, “Cheval! Es-tu un cheval?” me rappelle le malheureux Édouard, protagoniste du roman de Pierre Lemaître qui a gagné le Goncourt l’an dernier, qui se fait un masque en papier mâché en forme de tête de cheval. Probablement pas ce que l’auteur voulait évoquer ici. On s’en va vers le burlesque.

Quoique ce poème remplit de fracas et de douleur pourrait évoquer le tumulte du front, la désorientation d’un soldat dans le chaos du combat. On y parle de déchirure, d’armes, de sang qui gicle, de feu, de destruction, de mort. Peut-être est-ce voir le thème de façon trop littérale? On pourrait aussi y voir la quête de sens de l’individu dans un monde impitoyable et agressant.

J’ai particulièrement aimé Contre dos avec son refrain de verbes imprimés en gris pâle et reliés ente eux par des traits d’union, une sorte de basse continue d’actions en sourdine qui porte l’émotion du poème.

 

Audet, Martine. Tête première, dos, contre dos. Montréal, Éditions du Noroît, 2014.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s