Dany Laferrière, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer

Standard

J’ai commencé la lecture de l’œuvre romanesque de Dany Laferrière, en ordre chronologique. Petit roman sympatique! Premier roman de Dany Laferrière, inspiré de ses conditions de vie à son arrivée à Montréal : peu de moyens, appartement minable rue St-Denis, découverte de la ville, de ses habitants, de sa culture.

Le personnage principal, affublé du surnom de « Vieux », narrateur à la première personne, vu avec un ami, Bouba, amoureux du jazz et grand amateur de Freud, dans un appartement minable, petit, mal aéré, mais avec une vue de la croix du Mont-Royal. Les deux hommes semblent plutôt populaires auprès de la gent féminine et font de multiples rencontres, la plupart du temps surnommées à partir d’une caractéristique ou d’une manie de ladite personne, ce qui leur confère un style plutôt caricatural et unidimensionnel à chaque personnage féminin du livre. L’amante la plus régulière de Vieux, Miz Littérature,  est étudiante en littérature à McGill. Elle est grande, jolie et remplit le frigo de victuailles. Nous en savons peu sur elle à part des ébats érotiques avec Vieux, mais c’est quand même elle qu’on connaît le mieux. Nous rencontrons aussi brièvement Miz Sundae, Miz Suicide, Miz Sophisticated Lady, Miz Hachette, Miz Cheveux Ras, Miz Punk, Miz Snob,  Miz Mystic, Miz Mythe, Miz Chat qui a peur que Vieux mange les siens, Miz Cover Girl, Miz Luzerne, Miz Gitane, et bien sûr, Miz Bombardier. Je ne suis pas si mon recensement est exact. Une seule fille a un prénom, Valérie, amie de Miz Littérature.

Pendant ce temps, Vieux rédige son premier roman sur un vieille Remington achetée chez un brocanteur. Vieux aime aussi lire Miller, Cendrars et Bukowski. Après avoir imaginé un grand succès pour ce livre, Vieux achève le roman, dont le manuscrit siège sur la table à côté de la Remington.

Ce livre est une ode à la vie, à la joie de vivre, à la griserie des sens, aux fantasmes, au plaisir, sous toutes ses formes, au dépassement des limites d’un quotidien qui pourrait être morne et déprimant, mais qui contient toujours des germes de merveilleux. Miz Littérature dit à Vieux qu’il fait l’amour comme il mange, goulument, comme un affamé. En effet, il mord dans la vie à pleines dents.

Advertisements

3 responses »

  1. Pingback: Dany Laferrière, Éroshima | Sylvie's World is a Library

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s