Les héritiers de la mine, Jocelyne Saucier

Standard

Mon introduction à Jocelyne Saucier a été son dernier roman, Il pleuvait des oiseaux, qui m’avait vraiment emballée. Lorsque j’en ai eu l’opportunité, j’ai acheté ses trois autres romans, dont Les héritiers de la mine. Étant donné que je travaille pour une compagnie minière, je m’intéresse tout ce qui touche le monde minier, les endroits bâtis autour de développements miniers et la vie des gens, comme dirait Jocelyne Saucier, « mordus de la roche ». Donc après la fièvre de l’or en Nouvelle-Zélande, nous voici à la recherche de divers minerais en Abitibi, région du Québec bien connu pour ses mines.

Ce roman nous présente la famille Cardinal avec ses vingt-et-un enfants, qui vivent dans la ville fictive de Norco. Norco, pour « Northern Consolidated », est la ville qui s’était construite pour contenir les travailleurs de l’entreprise qui exploitait un énorme gisement de zinc découvert par la père Cardinal, prospecteur minier plutôt malchanceux qui n’a su faire fortune malgré ses découvertes.

L’intrigue du roman repose sur la disparition d’Angèle Cardinal et les réactions variées des membres de la famille à cette disparition et ses conséquences. Chaque chapitre du livre est narré par l’un ou l’autre des frères et sœurs de la disparue, chacun détenant des indices sur ce qui est arrivé. Les descriptions de la vie de la famille Cardinal met au jour leur force de caractère mais aussi leur fragilité, ainsi que la complexité des relations entre les membres de cette si grande famille, relations d’amour et de loyauté, mais aussi de jalousie et d’envie.

L’auteur capture de façon vibrante l’énergie et l’imagination débordante des enfants, qui s’inventent un univers avec rien et qui tentent par tous les moyens de prendre possession du monde qui les entoure et de lui donner un sens.

Au bout du compte, le poids de la douleur de la disparition d’Angèle fera éclater cette grande famille et ces membres s’éparpilleront de par le monde, soit à Montréal, en Australie, en Tchétchénie, ou au Nunavik. Mais cet éloignement ne règle rien et ils devront se rassembler à nouveau pour élucider le mystère.

 

Référence :

Saucier, Jocelyne. Les héritiers de la mine. Bibliothèque québécoise, 2013 [1999]. Originalement publié par les Éditions XYZ.

Advertisements

One response »

  1. Pingback: Jocelyne Saucier, La vie comme une image | Sylvie's World is a Library

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s