Mémoires d’une enfant manquée, de Brigitte Pilote

Standard

Premier roman de Brigitte Pilote, les courts Mémoires d’une enfant manquée se lisent d’une traite. Il s’agit des mémoires d’une petite fille qui s’appelle Jeanne et dont la vie est chamboulée par la décision de ses parents d’aller vivre dans une commune dans les Cantons de l’est. Comme Jeanne n’est pas une petite fille ordinaire (elle refuse d’être une enfant, et se considère aussi futée que les adultes et même plus), elle porte un œil plutôt critique sur le monde qui l’entoure, en particulier en ce qui a trait aux inconstances et incohérences des adultes.

Un passage en particulier traite de cet aspect. Les enfants décident de faire une fugue de la commune en groupe. Dans la vie de la commune, les enfants sont encadrer par un adulte en particulier et les parents ne s’occupent pas nécessairement de leur propre enfant. Jeanne dit même ne pas savoir qui sont les parents de certains de ses compagnons de vie. Lors que retour de la fugue, les parents ont une toute autre attitude, au grand étonnement de Jeanne.

p. 117 « Tous les adultes étaient présents et chacun voulait reprendre son enfant comme son bien. »

p. 118 « … Denis en a profité pour se jeter sur moi et m’enlever Bébé endormi dans mes bras, pendant que maman se ruait sur René comme Damien sur sa chèvre le jour où son père a voulu la troquer contre la réparation du toit. Elle voulait à tout prix récupérer son fils, qui ne voulait pas lâcher Estelle, que ses parents essayaient d’arracher à René. »

p. 118 « Jamais je n’aurais cru voir les adultes s’agiter à ce point-là pour nous reprendre, parce que lorsqu’ils nous avaient à portée de main, on ne les voyait pas souvent du côté des enfants. »

Suite à l’attention portée à la fugue des enfants par les média, un producteur américain décide de faire un film sur la vie de Jeanne. Nous voyons donc la transformation de la vie de Jeanne dans sa nouvelle version « bonne pour le cinéma » à travers l’œil toujours aiguisé de celle-ci. On doit faire semblant d’être vrais devant les caméras…

La narration mêle la candeur d’un discours d’enfant avec la lucidité de l’adulte et donne un effet surprenant. Lorsque je l’ai rencontrée au Salon du livre de Montréal la semaine dernière, Brigitte m’a dit être en train d’écrire sont deuxième roman et j’ai bien hâte de voir comment son style s’affirmera avec le temps.

 

Advertisements

2 responses »

  1. Pingback: Brigitte Pilote, Monique Jérôme-Forget | Sylvie's World is a Library

  2. Pingback: Brigitte PIlote, Motel Lorraine | Sylvie's World is a Library

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s